Le rouge et son opposé selon Kupka

Kupka, artiste complet du XXe siècle notamment connu pour ses abstractions colorées, est à l’honneur au Grand Palais jusqu’au 30 juillet 2018.

Cette rétrospective met en avant la conception originale du peintre. Tout au long de sa carrière, tant dans ses productions abstraites que figuratives, l’artiste utilise la gamme des rouges en dialectique avec celle des bleus.

Or, depuis le XVIIIe siècle, le rouge est pensé comme complémentaire du vert (cf. Goethe, Hering ou Chevreul). L’artiste, formé à l’école des Beaux-Arts de Prague, connaît ces théories comme le prouvent certains titres de ses compositions abstraites tels que Disques de Newton oeuvre peinte en 1911-1912. L’usage du duo jaune doré-violet dans plusieurs oeuvres dont Violet et jaune : réminescence (1920) montre part ailleurs une adhésion partielle aux couleurs complémentaires.

Il est donc naturel de s’interroger sur cette discordance. L’exposition livre quelques pistes de réflexion à ce sujet.

Concernant La femme cueillant des fleurs de 1910-1911, l’artiste déclare que le rouge s’oppose au bleu par l’impression de mouvement, le rouge transcrivant une accélération, le bleu un ralentissement. Il juxtaposerait donc ces deux gammes pour créer des variations de rythme, élément très important pour l’artiste comme le souligne l’emploi de termes musicaux dans de nombreuses oeuvres dont Amorpha: fugue en deux couleurs de 1912, Disques bleu et rouge: syncope de 1935-1940… Si l’exposition met en avant cette synesthésie entre musique et couleurs, elle est peut-être plus complexe, comme le souligne Pierre Brullé dans son article « Kupka et le rapport entre création picturale et modèle musical » de 2002 publié dans la revue des études Slaves.

Une deuxième hypothèse peut être formulée en observant l’importance des activités d’illustrateur/caricaturiste pour les maisons d’édition et des revues. Les reproductions en couleur nécessite l’emploi de la technique de lithographie qui passe les images à travers quatre couleurs : encre jaune, encre rouge, encre bleue et encre noire. Le vert nécessite donc une superposition de deux tampons (jaune puis bleu), ce qui peut être source de difficultés car le défaut de cadrage sera plus facilement perceptible, et sera plus cher car plus long à obtenir. En revanche l’opposition rouge-bleu est plus aisée à obtenir et donc plus courante dans les productions imprimées.

Enfin, une troisième hypothèse peut être émise d’après la visite de cette rétrospective: celle de l’importance des références aux oeuvres artistiques et symboliques antérieures, notamment antiques et médiévales. Dans cette lecture, la dualité pourpre-or caractéristique dans l’Antiquité Méditerranéenne (cf. bulletin de correspondance hellenique supplément 56) et la justaposition du bleu et du rouge fréquente dans les représentations chrétiennes médiévales, que ce soit dans les vitraux ou dans les peintures de la Vierge en majesté, semble toute naturelle.

Le 8 juin, séminaire sur les couleurs en Amérique latine

« Couleurs et Cultures » Regards croisés en Amérique


Marcela Sepúlveda, membre du groupe RED organise un séminaire portant sur les couleurs, à l’ambassade du Chili  (2 avenue de la Motte-Picquet, Paris) le 8 juin. Voici dans ce billet le résumé et le programme de cet évènement où les études récentes sur les pigments rouges seront, entre autres, mises à l’honneur.

Résumé:

Depuis des millénaires, la couleur est omniprésente dans notre quotidien. Présente dans divers contextes, il n’est d’aspect de notre culture qui ne soit teinté de couleurs, tons ou nuances qui expriment autant de sentir, significations et perceptions dans notre lien au monde, mais aussi aux autres et à la nature. Ainsi, à travers le temps et dans différentes régions, les couleurs naturelles du paysage, celles des matériaux disponibles autour de nous (galets, pierres, terres, végétation, animaux, parmi d’autres) ou celles produites par femmes et hommes s’encrent dans nos cultures, dans notre compréhension de la vie, mais aussi de la mort. Lors de cérémonies ou rituels, dans le cadre d’activités domestiques, en tant qu’offrandes ou par simple goût et esthétique, les couleurs se glissent dans des dimensions culturelles variées, que nous cherchons à dévoiler et comprendre à travers différents regards. Ce cycle organisé pour la première fois à Paris nous permettra ainsi d’approcher « Couleurs et Cultures » dans diverses régions de l’Amérique. Séminaire organisé dans le cadre de la Chaire « Archéologie Comparée et Interdisciplinaire de la Couleur- ARCIC », Programme Chaires Sorbonne Universités- Observatoire des Patrimoines de Sorbonne Universités et Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (UPMC- CNRS ). Organisation : Dr. Marcela Sepúlveda (Université du Chili) et Dr. Philippe Walter (CNRS- Sorbonne Université)

Programme du 8 juin à partir de 14H
14 :00- 14 :15 h : Paroles inaugurales.
14 :15- 14 :50 h : « Corps peints en Terre de Feu : matérialité, pouvoir et agence d’un art éphémère ». Dr. Danae Fiore (CONICET- Universidad de Buenos Aires, Argentine).
15 :00- 15 :35 h : « La couleur en l’absence de noms de couleurs en Amazonie ». Dr. Alexandre Surrallés (CNRS- Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Collège de France, France). 15 :35- 16 :00 h : CAFÉ 16 :00- 16 :35 hrs : « Etude des couleurs mésoaméricaines : caractérisation, matériaux, techniques et objets ». Dr. Jose Luis Ruvalcaba Sil (Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Fisica, Laboratorio Nacional de Ciencias para la Investigación y Conservacion del Patrimonio Cultural – LANCIC, Méxique). 16:45- 17:20 h: « Les couleurs du Désert d’Atacama à l’époque préhispanique. Approche biographique á l’étude des pigments». Dr. Marcela Sepúlveda (Universidad de Tarapacá, Instituto de Alta Investigación, Laboratorio de Análisis e Investigaciones Arqueométricas- LAIA, Chili- UMR8096 ArchAm). 17:30 h: Vin d’honneur

Compte tenu du lieu, une réservation est obligatoire. Afin de demander son invitation, veuillez écrire à colloquecouleurs2018@gmail.com

Conférence sur le rouge et le blanc en Grèce ancienne le 7 mars

Mercredi 7 mars, Irène Papaikonomou, chercheuse associée de l’UMR 7041 ArScAn (équipe Archéologie du monde grec et systèmes d’information), donnera une conférence à Nanterre (MAE) sur le rouge en union avec le blanc. Elle sera intitulée:

« Rouge et blanc. Perception de la couleur, rite, genre, médecine ancienne et jeu chez les figurines en terre cuite en Grèce ancienne. »

Quelques informations pratiques :

Lieu : Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, Université Paris Nanterre Salle : Salle 1 du rez-de-jardin
Date et horaire : Mercredi 7 mars 2018, de 14 à 16h

Grec systèmes information

Journée internationale de la Couleur le 21 mars au musée de l’homme

Image

Le CFC et le musée de l’homme organisent une journée scientifique sur « les couleurs : des signaux visuels au langage » mercredi 21 mars de 10h à 17h30 à l’auditorium Jean Rouch du musée de l’Homme (place du Trocadéro à Paris). Voici le programme communiqué:

10h00 : Accueil

10h15 : Introduction. Pourquoi une journée internationale de la couleur ?
Patrick Callet, Président du Centre Français de la Couleur (CFC) et Manuel Valentin Museum National d’Histoire Naturelle (MNHN)/Musée de l’Homme

10h30 : Produire de la couleur dans le monde végétal et animal
Laure Bonnaud-Ponticelli (MNHN)

11h00 : Quelques réflexions sur l’harmonie et les couleurs en Chine
Philippe Denizet

11h30 : Mesure et dénomination des couleurs.
Robert Sève (CFC)

12h00 : Les artistes contemporains du Bénin et la couleur
Cléophée Moser (École du Louvre )

12h30-12h45 : discussion

DÉJEUNER LIBRE

14h30 : Enseignes, sigles et logos. Les enjeux chromatiques
Michel Indergand (CFC)

15h00 : Parcours de couleurs et significations au Musée national d’Arabie Saoudite
Virginia Cassola (Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales)

15h30 : Couleurs, fonctions symboliques et langage
Valérie Bonnardel (CFC)

16h00 : Les maisons peintes de Murano (Italie). Du village de pêcheurs au site touristique
Michèle Ballinger (CNRS)

16h30 : Symbolique et langage des couleurs dans le patrimoine architectural des grandes villes de Russie, exemple de Saint-Petersbourg
Larissa Noury (CFC)

17h00-17h15 : De « Voir et nommer les Couleurs » (1978) au projet TSANGA (2017-2020).
Manuel Valentin (MNHN / MH)

17h15-17h30 : AIC 2020 et Horizon 2021, projets de conférences internationales, discussion et perspectives
Patrick Callet (CFC)

Conférence ce jeudi à 19h30

Image

Dans le cadre du cycle de conférences « La couleur, de la science à la sensation », Annie Mollard-Desfour, lexicographe & membre du RED, va donner une conférence ce jeudi à 19h30 à l’école les arcades intitulée: Peindre avec les couleurs et les mots : une expérience chromatique, sociale, poétique.

Résultat de recherche d'images pour "les arcades issy les moulineaux"

Jeudi 15 février 2018 à 19h30
Les Arcades
52-54, boulevard Gallieni
92130 Issy-les-Moulineaux
Entrée libre, sans réservation

Liens vers les sites:

https://openagenda.com/lesarcades

https://www.annie-mollard-desfour.com/actualites

 

2018 année du changement : Perceptions du rouge devient RED…

Le groupe de réflexion créé en octobre 2014 s’agrandit et devient un axe transversal de recherches pour l’UMR 7041 Archéologie et sciences de l’Antiquité. Il s’appelle désormais Rouge: études diachroniques. Comme dans le passé, il est ouvert aussi à des personnes extérieures à l’UMR qui ont un intérêt pour l’étude de la couleur rouge. Il s’ouvre désormais à des recherches sur toutes les périodes du Paléolithique à nos jours.

Lien vers le site ArScAn:

Projets collectifs 2018-2023

Le rouge en Préhistoire

invitation-okhra-2015

(affiche tirée du site ôkhra)

En 2015, le conservatoire de ocres et de la couleur (Ôkhra) a réalisé une exposition sur le thème du rouge et du noir. Plusieurs membres du groupe sont intervenus pour animer cette exposition, comme Hélène Salomon, chargée de recherches à l’université de Liège qui s’est déplacée en Roussillon, terre marquée par la couleur rouge.

Les perceptions du rouge

Les perceptions de la couleur rouge : regards croisés entre l’art préhistorique et l’art actuel rassemble un groupe de chercheurs, de professionnels de la couleur et d’artistes qui mène une réflexion commune sur les perceptions de la couleur rouge.

Cet axe de recherches fait partie du thème de recherches Productions symboliques des sociétés préhistoriques développé au sein de l’Équipe Ethnologie préhistorique (ArScAn, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre).

La couleur rouge (matière, pigment, colorant, support), omniprésente dans l’art préhistorique est abordée dans l’espace et le temps dans ses aspects techniques, artistiques et symboliques en lien avec l’expression artistique contemporaine.