Aperçu de publications récentes d’Annie Mollard-Desfour, de Philippe Jockey et de Francesco d’Errico, trois communicants pour la prochaine table ronde du RED

Comme annoncé dans le précédent billet, la table ronde – exposition du RED aura lieu le 24 octobre 2018 à la galerie Cyal (Paris). Annie Mollard Desfour, Philippe Jockey et Francesco d’Errico comptent parmi les intervenants de cette journée. Tous trois ont publié récemment des productions sur l’étude de la couleur rouge.

Annie Mollard-Desfour, 2018, « Rouge corps et âme », CEREC (Centre de Recherches sur l’Énergétique & la Couleur), n°42, p. 31-44. 

SYNOPSIS DE L’ARTICLE REDIGE PAR L’AUTEURE

« La couleur rouge a un statut à part parmi les couleurs. C’est LA couleur par excellence, la couleur archétypale, la première des couleurs. Le rouge est d’ailleurs à l’origine du nom d’Adam, le premier Homme – Adamus, nom latin d’Adam, signifie « fait de terre rouge » – certainement en lien avec l’hébreu dom, « sang »… Couleur d’intensité et d’extrême, aux polarités fortement marquées, en lien particulier avec le sang et le feu, deux référents universaux à la symbolique ambiguë, antagoniste le rouge est vie et mort, puissance vitale, ardeur, violence et haine, amour et passion, désir, plaisir, sexualité…

Parmi tous ces rouges, nombreux sont ceux qui sont en relation étroite avec le sang, le corps… Rouges symptômes d’un état physique ou psychologique, ils témoignent des relations du corps et de l’esprit – déjà soulignés en médecine ancienne dans la théorie des humeurs et des tempéraments associés aux couleurs – et dont rend compte également le lexique contemporain. Par ses liens avec le corps et le cœur, le rouge, dès le Moyen Age et jusqu’à nos jours, est employé pour ses pouvoirs thérapeutiques mais également pour ses valeurs symboliques, notamment dans certaines coutumes encore en vigueur. »

Cet article est la publication d’une communication donnée pour le CEREC un an plus tôt, en septembre 2017.

Lien vers le site d’Annie Mollard Desfour

Philippe Jockey est le directeur scientifique du livre Les arts de la couleur en Grèce… et ailleurs, publié en juin 2018 en tant que supplément n°56 du Bulletin de Correspondance hellenique. Cet important ouvrage issu d’un colloque de 2009 (du 23 au 25 avril) se caractérise par son interdisciplinarité et son ouverture aux différents aspects que l’étude de la couleur revêt: technique de production d’objets colorés durant l’Antiquité, commerce, usages symbolique et artistiques… et même les problématiques de conservation et de restitution des couleurs des objets archéologiques avec l’utilisation de nouvelles technologies. L’ouvrage nous donne un aperçu des arts de la couleur dans plusieurs contrées bordant la Méditerranée (Grèce, Egypte, Rome, Liban), se concentrant principalement sur la période antique et les tons doré et pourpre. L’article de Dominique Cardon, Witold Nowik, Adam Bülow-Jacobsen, Renata Marcinowska, Katarzyna Kusyk et Marek Trojanowicz, intitulé « La pourpre en Égypte romaine. Récentes découvertes, implications techniques, économiques et sociales » sera notamment intéressant à comparer avec la future communication de Louise Quilien pour la table ronde du RED, portant sur les laines rouges en Mésopotamie du Ier millénaire. En effet, l’article portait sur des textiles rouges composés de pourpre durant l’Antiquité classique.

Lien vers la présentation officielle du livre de Philippe Jockey

Enfin, Francesco d’Errico a été le conseiller scientifique d’un documentaire sur le rouge des Himba, une culture vivant actuellement au Nord de la Namibie, utilisant traditionnellement de l’ocre rouge pour leur coiffure et leur peau. Un écho à la prochaine communication portant sur les premières utilisations du rouge en Afrique, concernant également de l’ocre. L’équipe de Francesco d’Errico a notamment fouillé le site de Blombos où ont été mis au jour une plaquette d’ocre gravée et un kit de préparation de l’ocre rouge, tous deux datant du Paléolithique moyen.

Cliquer sur ce lien pour visionner le film documentaire sur les Himba


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.